Moughtareb : « Celui qui est ici et pense à là bas »

récit multimedia & photos

"Moughtareb est l'histoire de trois jeunes Egyptiens tiraillés entre nostalgie, xénophobie et espoir"

C'est une rencontre intime avec leur quotidien, un an après une attaque violente contre le premier poissonier Egyptien du quartier et père d'un des protagonistes.




Entretiens & Son : Lucile Gruntz
Image: Stephanos Mangriotis



Dans la nuit du 6 juin 2012, des membres du parti néo-fasciste Aube dorée attaquent la maison d’Ahmed, le premier poissonnier égyptien établi au Pirée. Un ami et compatriote du poissonnier manque de peu y laisser la vie. À Keratsini, les Egyptiens sont nombreux à travailler dans les métiers de la mer. En vertu d’un accord bilatéral, l’Egypte bénéficie de contrats saisonniers pour ses ressortissants embarqués sur les bateaux de pêche grecs. Ce « privilège » ménage une fissure dans la forteresse migratoire européenne. Des marins égyptiens s’installent à terre, quand d’autres débarquent illégalement au Pirée. Là, ils achètent du poisson au prix de gros pour le revendre clandestinement et à bas prix à une clientèle grecque appauvrie par la crise. Nous passons un mois avec Ibrahim, Mohammed, Ahmed, Naim et leurs colocataires. Plus marins ni pêcheurs, les jeunes hommes se lèvent à l’aube pour chercher du poisson à la criée, qu’ils vendent ensuite au porte-à-porte et sur les marchés du quartier. Ils espèrent ainsi réaliser leurs ambitions de réussite au pays.


Lire l'article de Lucile Gruntz issu du même séjour sur le site de la revue Justice Spatiale